Les vignobles de la Côte Chalonnaise (Bourgogne)

Les vins bourguignons ont le vent en poupe ! Connaissez-vous l’adage qui dit que « dans le Bordelais, il y a tout à acheter mais rien à goûter, alors qu’en Bourgogne, il y a tout à goûter mais rien à acheter » ? Même si ça n’a pas toujours été ainsi, force est de constater le prestige qui auréole les vins de cette région. Du coup je vous propose de vous y intéresser, mais on embarque loin des Puligny et autres Pommards ! Du Nord au Sud, les principaux vignobles bourguignons sont : Chablis, puis la Côte de Nuits, la Côte de Beaune, la Côte Chalonnaise et enfin le Mâconnais. Nous allons nous intéresser à la richesse de la Côte Chalonnaise.

En voiture, Chalon sur Saône est à 3H30 de Paris et une heure de Dijon

La Bourgogne et ses vins d’exception

En Bourgogne, les plantations se répartissent à 50% en Chardonnay (blanc), 40% en Pinot Noir (rouge), 6% en Aligoté (blanc) et 4% en cépages secondaires. La région est la reine des vins monocépages, c’est à dire issus d’une seule variété de raisin. Pourtant, que de différences entre un Chablis et un Meursault, tous deux issus du Chardonnay ! Le premier est fruité, vif et minéral, le second est rond, gras et opulent. Comment est-il possible d’obtenir une telle diversité de profils aromatiques à partir des mêmes raisins ? La réponse est simple : le terroir !

les vignes voisines du Domaine  P&M Jacqueson, à Rully en Côte Chalonnaise
Les vignes voisines du Domaine P&M Jacqueson, à Rully

Le terroir est une notion très générale qui englobe différents facteurs. Le matériel végétal (la vigne) est un premier paramètre. On trouve également le climat, qui a un impact direct sur la croissance des vignes (ensoleillement, pluviométrie). Le sol est un élément important puisque c’est le substrat qui nourrit les pieds de vigne. Dernier paramètre, non des moindres : l’action humaine. Cela implique les choix culturaux (conduite, traitements, date des vendanges…) mais aussi les choix de vinification : assemblages, passage en fût… 

La connaissance de ces paramètres a permis d’identifier des terroirs d’exception et de les classer : Grand Cru, Premier Cru puis Village. Mais saviez-vous qu’il n’y a pas de Grand Cru en Côte Chalonnaise ? Du coup, ce vignoble a longtemps été considéré comme pourvoyeur de vins de moins bonne qualité que ses prestigieux voisins. Et nous, on en déduit quoi ? Rien 🙂 On laisse la parole aux vignerons, ils sont les mieux placés pour parler de leurs terroirs !

La Côte Chalonnaise par ses vignerons

En 2010, l’Association des Climats de la Côte Chalonnaise est créée par une dizaine de vignerons afin de partager la richesse œnologique de leur région. Le tout dans une atmosphère conviviale, « simple et sans chichi » dixit leur président, Amaury Devillard. A eux 10, ils couvrent toute la diversité des appellations locales : découvrons-les du Nord au Sud avec Amaury.

Bouzeron, la plus petite, est représentée au sein de l’association par le Domaine A. et P. de Villaine. Elle n’autorise que le cépage Aligoté, ce qui est une véritable originalité car l’Aligoté a longtemps été cantonné à une utilisation en kir. Aujourd’hui, il trouve ses lettres de noblesse à Bouzeron où il donne des vins frais et précis, sur une belle acidité fruitée.

Un sublime vin rouge du Domaine A. et P. de Villaine à Bouzeron, en côte chalonnaise
Un sublime vin rouge du Domaine A. et P. de Villaine : La Fortune 2010. Fin, racé et élégant

Rully (Domaine de la Folie, Domaine P&M Jacqueson) produit surtout des blancs, qu’Aumaury qualifie de « gourmands, avec de la matière et de la rondeur ».

Avec ses 650 hectares, Mercurey (Château de Chamirey, Domaine de Suremain) est parmi les plus grandes de Bourgogne ! Les rouges sont majoritaires (85%) et donnent de grands vins de repas, fin et équilibrés, qui subliment la délicatesse du Pinot Noir.

Givry (Domaines de la Ferté, Laurent Mouton et Nicolas Ragot) produit essentiellement des rouges. Amaury les décrit comme des vins exubérants et fruités. La maturité des raisins y est en effet plus précoce du fait de la configuration du vignoble : un amphithéâtre exposé au soleil levant.

Montagny, représentée par les Domaine Stéphane Aladame et Laurent Cognard, ne produit que du blanc, sur la tension et la précision. A noter, 200 des 300 hectares de l’appellation sont en Premier Cru.

Givry Premier Cru du Domaine de la Ferté : Clos de la Servoisine 2017

Les vins de ces domaines valent le coup d’être dégustés, n’hésitez pas à sonnez chez l’un d’entre et rencontrer les hommes qui les font !

Dîner en Vigne

Alors, je vous ai donné envie d’aller faire un tour en Côte Chalonnaise ? Si oui, je vous conseille un événement extra organisé par l’Association : Dîner en Vignes. La première édition a eu lieu en 2018, au cœur des vignes du Château de Chamirey. J’ai eu la chance de participer à l’édition 2019, au sein du chai du Domaine P&M Jacqueson.

Le 14 juin 2019,  le long de cette belle tablée, près de 150 personnes ont apprécié un délicieux repas accordés à de superbes vins
Le 14 juin 2019, le long de cette belle tablée, près de 150 personnes ont apprécié un délicieux repas accordés à de superbes vins

En un mot ? Ca-non !! Les mets imaginés par Jean-Michel Carette, chef étoilé du restaurant Aux Terrasses à Tournus, et confectionnés par le traiteur Buxynois l’Epicurien des Vignes s’accordent à merveille avec les vins des vignerons de l’association. Même le groupe de jazz manouche qui a animé la soirée est d’origine bourguignonne ! Allez, je vous dévoile la carte des vins, servis en magnum ou jéros par les vignerons eux-mêmes (convivialité oblige !).

Petit extrait des vins de la soirée... 100% magnums et jéroboams, par des vignerons de la côte chalonnaise
Petit extrait des pépites dégustées pendant la soirée… 100% magnums et jéroboams

Côté food, le fil conducteur était également autour des AOP puisqu’il mettait la Volaille de Bresse à l’honneur. Ainsi, le plat principal consistait en un délicat suprême de volaille flambé au genièvre. Miam ! Mais mon coup de cœur de la soirée va à une préparation ultra originale ! Un vin de la Côte Chalonnaise du millésime 1988, crémé et monté en velouté et saupoudré d’un Comté de 24 mois finement râpé… Une tuerie que je vais m’empresser (d’essayer) de reproduire ! Et oui, il paraît que j’ai un CAP Cuisine !!

Le magnifique velouté accompagné du Mercurey 1er cru La Bondue du Domaine de Suremain, en format magnum bien sûr
Le magnifique velouté accompagné du Mercurey 1er cru La Bondue du Domaine de Suremain, en format magnum bien sûr

Voilà, j’espère vous avoir donné envie de découvrir les beaux vins de ce vignoble, de préférence avec ses vignerons ! N’hésitez pas à me partager vos pépites 😉

dalkialoveswine

2 réflexions sur « Les vignobles de la Côte Chalonnaise (Bourgogne) »

    1. Bonjour Séverine ! Je ne connais pas ses vins, je me les note à l’occasion d’un prochain séjour en Côte Chalonnaise. Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page